L’hiver au Canada : snow, dogs & fun

Dans Carnet de voyage, Nos voyages par Alexandra

Ça y est ! J’ai récemment basculé du côté obscur de la force. Je ne suis plus la même. Je ne me reconnais pas quand je me regarde dans la glace. Ma vie est bouleversée : j’ai fêté mes 30 ans ! Mais heureusement, j’ai un chéri au top qui m’a concocté un petit « week-end » surprise de 5 jours au Canada. Rien de mieux pour faire passer la pilule. Alors, vous allez me dire : le Canada ? en hiver ?? mais il fait froid !!! C’est pas faux… Mais ce fut l’occasion pour nous d’essayer de nouvelles activités. Et devinez quoi ? On a adoré !

Nous étions sur la côte Est, du côté de Toronto :

mapcanada

Faire du traîneau à chiens

(C’est comme ça que nos amis québécois disent, et franchement, quand on y réfléchit vraiment, ça a quand même beaucoup plus de sens que de dire « faire du chien de traîneaux » !)

J’en rêvais depuis longtemps et Mathieu l’a fait ! Moi ce que j’aime par dessus tout, ce sont les animaux : les petits, les grands, les moches, les mignons… Mais surtout les moches ! C’est vrai, personne les aime les pauvres… Dès que je croise un chien, j’ai envie de le caresser. Alors là, j’étais prête à affronter ma peur du froid pour m’essayer à cette nouvelle expérience. Et ce fut merveilleux ! Même Mathieu a adoré alors qu’il n’était franchement pas emballé au début.

Lorsque nous sommes arrivés, les traîneaux n’étaient pas encore prêts, l’occasion de faire connaissance avec les chiens. Ils étaient tous là, à attendre sagement que la balade commence. Le propriétaire, Ed, en possède une trentaine, tous plus adorables les uns que les autres. Comme ce jour-là nous n’étions que deux traîneaux à partir, seuls 11 chiens nous accompagnaient : 5 avec Ed et 6 avec nous. Voici donc nos compagnons d’aventure :

Vous vous demandez peut-être ce que font les deux petits chiens du haut au milieu des autres… En tout cas, nous, ça nous a de suite intrigués ! Clairement, vu leur taille, ils ne sont pas là pour tirer le traîneau. Ce sont en fait les leaders. Placés tout à l’avant, ils ont pour rôle de guider les autres. Et je dois avouer que leur concentration nous a impressionnés. Ils ne se laissaient jamais distraire, toujours à regarder devant eux.

Une fois les présentations faites, le moment est venu de passer à l’action et de mettre un harnais à chaque chien. Nous nous en sortions pas mal jusqu’à ce que ce soit le tour de Fuusuke. Oh my God… C’est pas possible d’avoir autant de poils !! J’ai bien cru que je n’y arriverais jamais et que le pauvre chien allait mourir étouffé par son collier ! Mais heureusement, il était d’une patience à toute épreuve et ensemble, nous y sommes arrivés.

Ensuite, place aux explications : c’est le moment où j’ai commencé à paniquer et à me demander comment j’allais bien pouvoir réussir à guider toute cette petite troupe (bon d’accord, il en faut peu pour m’effrayer…). Du coup, c’est décidé, pas le choix pour Mathieu ! Ce sera le premier à tester ses aptitudes de meneur. Comme je vous le disais, nous avions un traîneau rien que pour nous. Pendant que l’un restait assis à l’avant, l’autre guidait le traîneau. Et il y a plein de choses à gérer : adapter la vitesse du traîneau en fonction de celle des chiens, se diriger pour ne pas rentrer dans les arbres, courir derrière le traîneau dans les montées pour aider les chiens… Bref, c’est du sport, et je peux vous dire que le lendemain, nos muscles n’étaient pas contents !

Et c’est parti ! On commence à attacher les chiens à chaque traîneau, et il faut aller vite ! Ils sont surexcités. Tout le monde se met en place et Mathieu donne le signal de départ aux chiens : « Let’s go !« . Il se fait un peu surprendre, ils partent à toute vitesse.
Nous sommes dans la forêt, tout est calme et recouvert de neige, une neige bien blanche. Seules quelques traces d’animaux apparaissent parfois… Est-ce un coyote ou un lynx ? Le paysage est magnifique et l’atmosphère féérique.  Nous faisons régulièrement des petites pauses, à la fois pour les chiens mais aussi pour nous ! Lorsqu’on court derrière le traîneau, on s’enfonce dans la poudreuse, parfois jusqu’aux genoux. Les chiens en profitent pour se rouler dans la neige ou même carrément en manger. Mais à peine 30 secondes se sont-elles écoulées qu’ils en ont assez et nous le font bien comprendre : ça saute, tire, aboie… On n’est pas là pour rêvasser ! Heureusement, comme nous étions deux, nous pouvions alterner régulièrement, histoire de reprendre des forces. La balade dura en tout 2h mais le temps est passé trop vite ! En tout cas, je suis fière de nous, tout le monde est revenu intact : nous, les chiens et même le traîneau !

Nous sommes passés par la Sugardogs Adventure Company. Comptez environ 240 CA$ pour deux personnes, pour deux heures de balade plus le temps de préparation. Si vous contactez Ed, il vous fournira une (longue) liste de tous les vêtements recommandés pour vous garder au chaud et de ce dont vous pourriez avoir besoin pendant la sortie. Nous vous recommandons chaudement Ed et ses gentils chiens. Si vous avez l’occasion d’y aller en semaine, vous serez peut-être seuls avec lui et pourrez plus en profiter. La balade ira à votre rythme !

Randonner en raquettes

Comme il neigeait un peu tous les jours et que la poudreuse s’accumulait, nous avons pensé que c’était l’occasion ou jamais d’essayer la randonnée en raquettes ! Du coup, nous avons fait plusieurs petites randonnées dans la journée. Et comme c’était la semaine, il n’y avait pas grand monde. Nous avons quasiment tout le temps randonné tous seuls… Le bonheur !

Derrière notre chalet se trouvait un petit sentier tout mignon, tout blanc, que nous avons suivi. Il menait en fait au parc provincial d’Oxtongue River-Ragged Falls. Une chouette balade dans la forêt.

Nous avons ensuite voulu voir les chutes d’eau de ce même parc. Cette fois-ci, nous empruntons la rue qui part de la route principale. Elle n’était pas du tout déneigée ! Difficile de s’imaginer que durant l’été, les voitures passent par là !

Dans le parc provincial d’Algonquin, les options pour randonner ne manquent pas. Il y en a pour tous les goûts. Nous nous sommes d’abord baladés autour du lac Peck, dans une jolie petite forêt, sous la neige. Puis nous avons suivis le Spruce Bog boardwalk.

Bilan : on a bien aimé les raquettes ! Et on n’est même pas tombés ! C’était quand même plus pratique dès que la neige était trop épaisse ou que le sentier de randonnée n’était pas plat.

Pour les raquettes, il est possible d’en louer à la demi-journée, à la journée, voire sur une durée plus longue. Les loueurs ne manquent pas. Nous sommes allés chez Algonquin Outfitters, à proximité de l’entrée Ouest du parc. Le bon point : pas besoin de les rapporter avant la fermeture, il y a de quoi les déposer à l’arrière de la boutique. Compter 20 CA$/personne pour la journée.

Jouer au hockey sur glace

Le Canada, c’est le paradis du hockey sur glace. Du coup, on trouve facilement en hiver des patinoires en extérieur ou des lacs gelés, aussi bien à Toronto (High Park) qu’à Algonquin (Mew Lake). Comme Mathieu joue au hockey en France, il n’avait qu’une hâte, me faire essayer. Autant dire que c’était pas gagné d’avance parce que moi, je tiens tout juste sur des patins !! Mais l’expérience fut marrante. Finalement j’étais tellement concentrée sur le palet que j’en oubliais le reste.

 Nous avions acheté des crosses et des palets en chemin pour le parc et avions apporté des patins de France. A Mew Lake, il y avait en fait déjà des crosses et palets à disposition, et même des cages de hockey. Une fois de plus, nous avions l’endroit pour nous et, vu ma technique de patinage, c’était mieux ainsi !

Patiner en extérieur

Comme je le disais juste avant, le Canada regorge d’endroits pour patiner en extérieur en hiver. A Algonquin, il y avait Mew Lake, une patinoire d’extérieur. Mais dans le parc provincial d’Arrowhead, il y avait carrément une balade d’un kilomètre dans la forêt. Malheureusement lorsque nous y étions, elle était fermée. Il n’avait pas encore fait assez froid : et oui, 0°C  ce n’est pas froid pour les Canadiens ! Si vous avez l’occasion, le top est d’y aller un jeudi soir pour la Fire and Ice Night : on patine dans la forêt, de nuit mais le chemin est bordé de torches pour vous éclairer… So romantic ! On était très déçus de ne pas pouvoir le faire.

De retour à Toronto, nous avons profité de la patinoire de l’Hôtel de Ville. Là, il y avait beaucoup, beaucoup plus de monde ! Mais bon, patiner la nuit, au milieu des buildings illuminés et sous la neige, ça a son charme !

La patinoire ouvre dès le mois de novembre jusqu’en mars (selon la météo). Vous pouvez y aller tous les jours, de 9h à 22h et c’est gratuit  ! Possibilité de louer sur place patins et casiers.
Chaque hiver, Toronto ouvre une trentaine de patinoires, réparties dans toute la ville. Vous devriez facilement trouver votre bonheur !

Photographier de nouveaux animaux

L’hiver est l’occasion d’observer des animaux qu’on n’a pas l’habitude voir. En plus, avec la neige comme décor, les photos n’en sont que plus jolies !
Nous avions de gros espoirs de voir des orignaux qui apparemment raffolent du sel versé sur les routes en hiver. Mais à notre grand regret, nous n’en avons trouvé aucun. En revanche, nous avons découvert un animal extrêmement mignon : la martre d’Amérique. Cette petite bête appartient à la famille des belettes et vit dans des régions telle que l’Alaska, le Canada ou les Rocheuses.

Notre dernière rencontre a été le très joli geai bleu, un oiseau d’Amérique du Nord. L’équipe de baseball de Toronto en a fait sa mascotte !


Où dormir ?

Nous avons eu la chance de trouver de très bonnes adresses. J’en profite donc pour les partager avec vous !
A Algonquin, nous dormions au Wolf Den Hostel and Nature Retreat. Cette auberge de jeunesse propose différentes options d’hébergement allant du lit en dortoir à la chambre ou encore aux chalets. Ici, on est aux portes du parc. Le matin, on se réveille au milieu de la forêt enneigée, c’est magique !

A Toronto, nous étions en Airbnb. L’appartement était génial : moderne, cosy et en plein centre. Et comme si ce n’était pas suffisant, nous avions une incroyable vue sur la ville. Forcément, être au 34ème étage, ça aide.

Nous qui avons toujours tendance à partir au soleil en hiver, visiter le Canada en plein mois de janvier fut une vraie bonne surprise ! Finalement, une fois qu’on est bien équipé, on peut vraiment profiter de la nature. Nous aimerions un jour aller découvrir la Laponie, l’occasion de refaire du traîneau à chiens , de voir des aurores boréales et peut-être, cette fois, d’observer des élans… Si vous avez déjà eu la chance d’y aller, nous sommes friands de tous conseils, anecdotes ou bonnes adresses que vous pourriez partager avec nous !

 BON PLAN : à l’occasion du 150ème anniversaire du Canada, l’entrée est gratuite dans tous les parcs nationaux canadiens ainsi que les autres lieux administrés par Parcs Canada. Retrouvez toutes les informations nécessaires et commandez votre laissez-passer pour 2017 sur leur site.
Attention certains parcs, comme Algonquin et Arrowhead, sont des parcs provinciaux. L’accès reste donc payant. Prévoir environ 17$/voiture pour la journée.

Nous laisser un message :