Fushimi-Inari, un havre de paix à Kyoto

Dans Carnet de voyage par Mathieu

Lors de notre séjour à Kyoto, nous avons visité beaucoup de temples, châteaux et sanctuaires. Vu le nombre de lieux que nous avions prévu de voir, nous avions un peu peur que la lassitude nous gagne. Que nenni ! Chacun de ces sites ayant ses propres spécificités, ils étaient tous suffisamment différents pour que nous ayons l’impression de découvrir quelque chose de nouveau à chaque fois.  Malgré tout, certains nous ont laissé un souvenir un peu plus fort. C’est la cas de l’une de nos premières excursions, au sanctuaire Fushimi-Inari situé au Sud-Est de la ville.

Ce sont les milliers de torii tout le long du chemin qui monte jusqu’en haut de la colline montagne qui font la particularité du sanctuaire Fushimi-Inari. Un torii, c’est un (plus ou moins) grand portique très souvent de couleur rouge orangé. Il se trouve généralement à l’entrée d’un sanctuaire shinto car il marque la séparation entre le sacré et le profane.

Mais à Fushimi-Inari, il n’y a pas qu’un seul grand torii pour marquer l’entrée : on y en recense environ 30 000 ! Chacun d’entre eux a été offert par une famille ou une entreprise, dans un but de prospérité. En effet, ce sanctuaire est dédié à Inari. Inari est au départ la divinité des céréales (le riz en particulier) puis est également devenu,  par extension, celle des fonderies et du commerce. Inari est donc associé à la réussite et à la richesse. Le nom de la personne (ou entreprise) qui a acheté le torii est inscrit dessus, mais d’un seul côté uniquement. Comme je l’ai dit dans le paragraphe précédent, le torii marque la séparation entre le monde sacré et le monde profane. Les inscriptions du torii sont destinées aux divinités, elles sont donc du côté du sanctuaire. C’est pourquoi tous les torii sont « tournés » vers la montagne à Fushimi-Inari. A certains endroits, il y en a tellement et ils sont tellement serrés les uns contre les autres que cela en forme un tunnel !

Un autre signe distinctif de Fushimi-Inari, c’est l’omniprésence du renard. On en trouve des dizaines de statues. Kitsune (le renard) est traditionnellement le messager d’Inari. Il est également le protecteur des récoltes car il mange les rats (oui oui, le japonais est toujours très pragmatique, même dans ses croyances !). Il est tellement vénéré qu’on en est arrivé à un point où il est confondu avec la divinité. Il est quasiment tout le temps vêtu d’un bavoir rouge, pour la protection des enfants (je n’en sais pas plus, si quelqu’un connaît la signification profonde du bavoir, je suis preneur !).

On trouve, tout le long de la montée jusqu’au sommet (qui prend plus ou moins deux heures) de nombreux autels, comme sur la droite de la première photo ci-dessous. Ils sont numérotés et chacun semble avoir un but ou une signification particulière. Comme nous étions (et sommes toujours d’ailleurs) incapables de lire le japonais, nous nous sommes contentés de prendre des photos sans trop bien comprendre…

Afin de se protéger contre le pouvoir maléfique des divinités, il est important de se purifier avant de faire sa prière. A cet effet, on trouve des fontaines un peu partout dans le sanctuaire. Néanmoins, contrairement à l’eau bénite de nos églises, il ne faut pas toucher l’eau directement. Des espèces de petites casseroles (qui répondent à la douce appellation d’hishaku) avec un long manche sont à disposition afin de mettre en œuvre le rituel de purification. Il faut tout d’abord relever la casserole à la verticale pour que l’eau coule le long du manche, puis se nettoyer la bouche et enfin chacune des deux mains en versant de l’eau dessus.

Il est possible d’acheter de petits objets pour quelques yens afin de faire nos vœux, un peu comme les cierges de nos églises. Il y a des petits torii en bois, des petits papiers que l’on attache sur un fil, des têtes de renard vierge sur laquelle on dessine ou encore des petites statuettes de renard avec un message à l’intérieur.


Il y a de quoi passer une bonne demi-journée au sanctuaire Fushimi-Inari. Il est gratuit et, dès que l’on s’éloigne de l’entrée et du tunnel de torii, on évite les masses touristiques. Il nous offre un dépaysement total donc, c’est du tout bon !

Nous laisser un message :