Les grosses bêtes de l’île de Vancouver

Dans Carnet de voyage par Mathieu

Partages 9
Il faut croire que j’aime dire et répéter encore et toujours les mêmes choses, nous aimons les bêtes ! Bon, pas toutes les bêtes en ce qui me concerne… Par exemple, les serpents, c’est compliqué, voire très compliqué. Si vous lui demandez, Alexandra se fera un plaisir de raconter la fois où, au Brésil, j’ai failli marcher sur un énorme serpent. J’ai poussé un cri tellement aigu que je pense qu’il résonne encore quelque part au fond de l’univers ! Mais si aujourd’hui je suis défenseur de la cause animale, cela n’a pas toujours été le cas. Alexandra a réussi à me convertir à force de persévérance, en me faisant faire toutes les activités liées aux animaux partout où on va. Ça a débuté lors de notre voyage dans l’Ouest canadien, et en particulier lors de notre séjour sur l’île de Vancouver. Nous avons pu y observer plusieurs espèces de mammifères et d’oiseaux. Nous allons vous les présenter ici.

Les Ours noirs

Même s’il est possible d’en rencontrer de manière complètement spontanée dans la nature, nous avons fait une sortie en zodiac (avec Jamie’s Whaling Station) lorsque nous étions à Tofino. Je ne sais plus pourquoi (le froid ? la pluie ? les projections d’eau ?) mais ils nous avait habillés avec des combinaisons très seyantes.

Mais alors, pourquoi prendre le bateau pour aller voir les ours ? L’ours noir (Black bear en anglais) est, comme les humains, omnivore. Et, comme les humains lorsqu’ils vivent au bord de l’eau, il aime manger du poisson et des crustacés. Alors, lorsque la marée est basse, les ours viennent retourner un par un tous les rochers de la plage, à la recherche de poissons, crabes ou coquillages qui seraient restés coincés. On observe bien ce comportement sur la troisième photo. C’est le même ours qui se trouve sur les trois premières photos. Celui de la quatrième était un peu plus petit, c’est probablement une femelle. Enfin, nous n’avons pas observé l’ours de la cinquième photo lors de la sortie en zodiac. Nous l’avons aperçu de l’autre côté d’une rivière alors que nous étions dans le Nord de l’île. C’est le plus gros spécimen que nous ayons pu observer à ce jour. Même s’il n’avait pas trop l’air d’avoir faim, nous étions plutôt contents qu’un cours d’eau nous sépare (même si ces ours sont complètement capables de nager) !

Les Orques

Les eaux qui entourent  l’île de Vancouver sont peuplées d’orques (Killer whale ou Orca en anglais) résidentes. Leur densité est plus importante dans le Nord de l’île car on y trouve beaucoup moins d’activité humaine. C’est à Telegraph Cove, tout petit port qui n’est pas dénué de charme, que nous avons embarqué sur le bateau de Stubbs Island Whale Watching. J’y allais franchement à reculons car je trouvais la sortie de trois heures drôlement chère (environ 100$ par personne) ! Mais ce jour-là nous avons vraiment été gâtés. Lorsque nous étions au milieu de la zone dans laquelle elles vivent, nous étions entourés par une quarantaine d’orques (des mâles, des femelles et des juvéniles). Comme le capitaine du bateau avait coupé le moteur, c’était le calme plat et nous entendions les orques souffler tout autour de nous. C’était féérique ! Je crois bien que c’est ce jour là que je suis tombé amoureux de la nature, et du règne animal en particulier.

Nous avons même eu la chance de voir une orque sauter entièrement hors de l’eau avant d’y retomber en faisant un gros splash. Les photos sont pas super nettes (la faute à notre matériel qui n’était pas aussi performant qu’aujourd’hui) mais Alexandra a quand même réussi la prouesse d’être la seule personne sur le bateau à avoir un cliché de ce moment là !

Les Baleines à bosse

Lors de cette sortie en bateau, nous avons aussi eu la chance de voir quelques baleines à bosse (Humpback whale en anglais). Elles viennent en effet dans les eaux froides de la Colombie Britannique pendant l’été, afin de se nourrir. Mais nous avons aussi eu la chance d’observer des baleines appartenant à la même population, en hiver cette fois-ci. C’était dans les eaux chaudes d’Hawaï où elles viennent pour se reproduire. Oui, ces animaux sont extraordinaires. Ils sont capables de se nourrir pendant les mois d’été pour avoir suffisamment de réserves pour effectuer une migration de plus de 10 000 kilomètres. Une fois sur place, ils y restent quelques semaines afin de s’accoupler et mettre bas. Puis ils refont le chemin en sens opposé ! La deuxième photo est intéressante car une des techniques de chasse des baleines à bosse consiste à faire remonter les poissons à la surface. Cela attire une foule d’oiseaux opportunistes qui prennent un bon coup de stress quand ils voient arriver la baleine sous leur pattes ! Chercher un tel attroupement d’oiseaux est donc une bonne technique pour repérer si une baleine est sur le point de faire surface…

Les Otaries

Encore et toujours lors de cette sortie en bateau, nous avons pu voir une colonie d’otaries de Steller (Steller sea lion en anglais) en train de se faire dorer au soleil. Le guide naturaliste nous a expliqué que nous voyions ici principalement des jeunes mâles. Ils n’étaient pas encore assez gros et forts pour pouvoir défendre leur propre petit bout de plage et ainsi se reproduire. Ce sont des adolescents donc forcément les plus gros mimiquent des combats pour savoir qui est le plus fort (première photo) mais on trouve aussi des « geeks » qui sont exclus du groupe (deuxième photo).

Les Pygargues à tête blanche

J’avais dit en introduction que nous avions aussi vu des oiseaux. Nous y venons. Nous ne parlons pas ici de n’importe quelle espèce : nous parlons du pygargue à tête blanche (Bald eagle en anglais). Oui madame, oui monsieur ! Mon pi-je-ne-sais-quoi n’est autre que l’emblème des États-Unis… rien que ça ! On le trouve un peu partout : sur le Grand Sceau, sur le Sceau du président, sur les quarters (pièces de 25 cents)… Et bien je peux vous dire que c’est une sacré bestiole, et qu’on n’a pas trop envie qu’il nous plante les griffes dans le bras, ni qu’il commence à nous lacérer picorer avec son bec.

Ressortir toutes ces photos qui étaient enfouies sous un gros tas de poussière dans nos disques dur nous a fait réaliser à quel point nous avons aimé notre séjour sur l’île de Vancouver. Et, même si nous ne nous en rendions pas vraiment compte, nous avons très envie d’y retourner, tant pour la faune incroyable qu’elle abrite que pour son côté paisible et très « nature ».


Pour (re)voir la vidéo de ce voyage, c’est ici : Canada 2013

Pour des commentaires ou des questions, c’est là-dessous
Partages 9

Commentaires


  1. tsoupou12zaminou
    Répondre

    Très sympa les tenues chez Jamie’s 😛 on était passés par eux pour aller à Hot Spring Cove (sources chaude du Pacifique). Vos photos sont magnifiques, ça nous rappel tellement de souvenirs ^^ Le Canada est un pays absolument magique !

Nous laisser un message :