Pearl Harbor : de la guerre à l’hommage

Dans Carnet de voyage, Nos voyages par Alexandra

Aaaah Pearl Harbor… Josh Hartnett, la scène dans les parachutes, l’avion au coucher de soleil… Oups, pardon, on n’est pas là pour parler du film mais bien du site historique ! Nous avons eu l’occasion de le visiter lors de notre séjour sur l’île d’O’ahu à Hawai’i : l’occasion de se replonger dans le passé (et nos cours d’Histoire) le temps d’une journée et de découvrir le tragique destin de ces nombreux soldats américains, victimes de la Seconde Guerre Mondiale. Alors, prêts pour la visite ?

Pearl Harbor : le site

Pearl Harbor se trouve sur l’île d’O’ahu, à environ 20km à l’Ouest de Waikiki. Ce grand port naturel s’est rapidement imposé comme l’emplacement idéal pour accueillir des installations militaires. Les Etats-Unis y avaient d’ailleurs établi une base navale dès 1887, soit 11 ans avant l’annexion du territoire ! A l’époque, les Américains louaient le port, en échange de quoi, les Hawaiiens exportaient leur sucre aux Etats-Unis sans droit de douane. Pearl Harbor est aujourd’hui encore une base navale et abrite la flotte Pacifique des Etats-Unis.

Pearl Harbor carte

Pearl Harbor : l’Histoire

L’origine du conflit

A la fin du 19ème siècle, le Japon lance une politique d’expansionnisme visant à contrôler l’Asie orientale et ses ressources naturelles. Il annexe de nouveaux territoires comme la Corée ou Taïwan et envahit progressivement la Chine. Le pays se modernise rapidement, il développe son industrie et son armée.
A la même époque, les Etats-Unis entrent sur la scène mondiale et s’imposent comme puissance coloniale en annexant Porto Rico, les Philippines ou encore Hawai’i.
Le Pacifique suscite bien des envies et, face à un Japon de plus en plus gourmand, les Etats-Unis s’inquiètent, notamment pour leur archipel d’Hawai’i.

Pearl Harbor Mais pourquoi un tel intérêt pour Hawai’i ? Tout simplement pour son emplacement géographique privilégié, en plein coeur du Pacifique. L’archipel est l’endroit idéal pour installer un avant-poste militaire, aussi bien pour les Américains que pour les Japonais. Et c’est bien pour cette raison que les Etats-Unis ont annexé le territoire dès 1898. Ils avaient compris le potentiel militaire du lieu : ici leur flotte est stratégiquement placée pour riposter en cas d’attaque venant d’Asie, et du Japon en particulier.

En 1940, tout s’accélère ! Le Japon signe le pacte tripartite : une alliance militaire unissant l’Allemagne, l’Italie et le Japon. Et l’impérialisme japonais menace à présent des possessions britanniques en Asie et aux Philippines, alors sous protection américaine. Ça commence à chauffer ! D’autant plus que le Japon installe des bases militaires en Indochine française.
En 1941, les Etats-Unis se réveillent et transfèrent leur flotte du Pacifique à Pearl Harbor. Ils décident d’apporter leur soutien à la Chine, qui commence à être sérieusement grignotée par les Japonais et demandent tout simplement au Japon de se retirer de Chine et d’Indochine. Les Japonais refusent…
Alors, en juillet, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et les Pays-Bas mettent en place un embargo sur les matières premières, en particulier le pétrole, à destination du Japon. Mais comme on le dit souvent, la meilleur défense, c’est l’attaque ! Poussés dans leurs retranchements, les Japonais commencent alors à planifier l’attaque de Pearl Harbor. Leur but est simple : frapper fort pour immobiliser la flotte américaine le temps de conquérir de nouveaux territoires et de contrôler une vaste partie du Pacifique et de l’Asie du Sud-Est.

Une attaque éclair

Au matin de l’attaque, le port de Pearl Harbor est bien rempli. On y trouve de nombreux bateaux militaires de toutes tailles, mais surtout huit cuirassés qui sont des gros navires de guerre, blindés et équipés de l’artillerie la plus puissante de l’époque : USS Nevada, USS Arizona, USS Tennessee, USS West Virginia, USS Maryland, USS Oklahoma, USS California et USS Utah. Ils sont amarrés autour de l’île de Ford, bien alignés, les uns à côté des autres. La plupart des marins sont à bord.
Les avions militaires des aérodromes de l’île de Ford et d’Hickam Field sont garés en rangs serrés sur le tarmac, afin d’éviter d’éventuels actes de sabotage. Les hangars sont eux aussi bien remplis.

Pearl harbor flotte

Dimanche 7 décembre 1941
7h55 : une première vague de 183 avions japonais arrive du Nord de l’île et la contourne par l’Ouest, direction Pearl Harbor. Ce sont les avions torpilleurs qui attaquent les premiers. Volant à basse altitude au-dessus de l’eau, ils lancent des torpilles vers les navires de guerre de l’île de Ford et touchent le West Virginia, l’Oklahoma, le California et le Nevada.
Puis, c’est au tour des bombardiers qui sont eux chargés de détruire les avions au sol. Garés en rangs serrés, ils sont des cibles faciles depuis les airs. Et sans avions, les Américains peuvent difficilement se défendre. Le navire de guerre USS Arizona est également touché.
Des avions de chasse viennent s’ajouter aux précédents avec pour mission de viser le personnel militaire et, encore et toujours, les avions au sol.
Il s’écoulera 15 minutes avant que les Américains, pris par surprise, commencent à riposter…
8h25 : une deuxième vague de 167 avions japonais attaque à nouveau. Les bombardiers visent les navires dans le chantier naval et touchent l’USS Pennsylvania et les deux destroyers à côté. L’USS Nevada tente de larguer les amarres, il reçoit six bombes.
Ce jour-là, les Japonais ne visent pas que le port de Pearl Harbor. Toutes les bases et tous les aérodromes d’O’ahu sont aussi visés. L’attaque dura deux heures et affaiblit considérablement la flotte américaine du Pacifique. Les Etats-Unis n’ont plus le choix : ils entrent à leur tour dans la Seconde Guerre Mondiale.

Des erreurs des deux côtés

Les Américains auraient pu/dû voir venir l’attaque des Japonais :
– plus d’une heure avant l’arrivée des premiers avions japonais, un sous-marin fut repéré par un navire américain à proximité de l’entrée de Pearl Harbor. Il fut immédiatement attaqué et coulé. Il s’agissait en fait de l’un des cinq sous-marins de poche japonais tentant d’entrer dans le port !
– une station radar située sur la côte Nord d’O’ahu avait repéré les avions qui arrivaient de l’Ouest. Or, habituellement, les avions américains arrivaient de l’Est puisque venant du continent. Les avions japonais furent malgré tout considérés comme des avions américains…

Heureusement pour les Etats-Unis, au cours de cette attaque, les Japonais n’ont pas réussi à endommager la base sous-marine du port ou encore leurs stocks de pétrole. Et surtout, aucun des porte-avions américains n’était présent ce jour-là. Ce sont pourtant eux qui joueront un rôle essentiel dans la guerre à venir…

Bilan

 

  • united-states-of-america

    PERTES AMERICAINES :
    2390 personnes tuées, 1178 blessées
    164 avions détruits, 159 endommagés
    5 cuirassés coulés, 21 navires endommagés ou coulés

  • PERTES JAPONAISES :
    55 aviateurs et 9 sous-mariniers tués, 1 sous-marinier capturé
    29 avions détruits
    4 sous-marins de poche perdus et 1 capturé

Le lendemain de l’attaque de Pearl Harbor, le Japon attaque Hong-Kong, la Malaisie et les Philippines ! Et en 1942, c’est au tour de la Brimanie et de Singapour de tomber. Les Japonais délogent ainsi progressivement les puissances coloniales européennes d’Asie et retrouvent accès aux fameuses ressources naturelles dont ils ont tant besoin. Mais la victoire est de courte durée et les Alliés reprennent rapidement le dessus. Après trois longues années à se défendre, le Japon capitule finalement en septembre 1945.

Pearl Harbor : la visite

La visite de Pearl Harbor s’articule autour de deux sites :

le centre d’accueil :
On y trouve une billetterie, un restaurant, une boutique et une librairie. C’est le point de départ de votre visite !
Des galeries d’exposition présentent des récits de témoins de l’attaque et une promenade explicative au bord de l’eau vous remémorera le déroulement des faits. On observe au loin des navires de guerre encore en activité, le mémorial de l’USS Arizona et, juste derrière, l’île de Ford avec l’USS Missouri amarré.
D’ici vous pourrez découvrir les musée et parc du sous-marin USS Bowfin puis commencer votre visite du mémorial de l’USS Arizona. Vous pourrez ensuite sauter dans une navette, direction l’île de Ford.

 l’île de Ford :
Ici se trouvent le mémorial de l’USS Utah, le mémorial de l’USS Oklahoma, le mémorial de l’USS Missouri et le musée de l’Aviation du Pacifique. Et c’est tout…!
En fait, le mémorial de l’USS Utah ne fait pas partie de la visite. Il est seulement accessible aux militaires. Et le mémorial de l’USS Oklahoma se visite en 15 minutes. En toute honnêteté, je n’en ai aucun souvenir.
Il faut savoir que sur les huit cuirassés endommagés, voir coulés, lors de l’attaque, trois ne purent être récupérés : les USS Arizona, Utah et Oklahoma. D’où les mémoriaux aujourd’hui. Celui de l’USS Missouri est un peu différent, il n’a pas la même symbolique. Je vous laisse découvrir ça lors de la visite…

le Mémorial de l’USS Arizona

Le mémorial a été construit sur la coque du navire de guerre USS Arizona, au beau milieu du port. Il rend hommage à ses 1177 membres d’équipage mais aussi à toutes les victimes de cette terrible journée du 7 décembre. Il faut savoir que les corps de plus de 900 marins restent encore aujourd’hui coincés à l’intérieur du navire…

La visite se déroule en deux étapes et dure environ 1h15. D’abord, on nous présente une vidéo de 23 minutes dans le théâtre situé près du centre d’accueil. Puis on nous emmène en bateau jusqu’au mémorial. Sur place, personne ne parle. On se contente de lire les noms des victimes et d’observer les restes visibles du navire.

 La visite du mémorial se déroule de 7h45 à 15h. A votre arrivée, il vous sera proposé à l’accueil plusieurs tranches horaires pour effectuer le tour. La visite de ce mémorial constitue le point d’orgue d’une visite à Pearl Harbor et de ce fait, réunit beaucoup de monde. Alors n’attendez pas le dernier moment pour choisir votre créneau de visite et retirer votre ticket.

les Musée et Parc du sous-marin USS Bowfin

L’USS Bowfin est surnommé le Vengeur de Pearl Harbor (ou Pearl Harbor Avenger en anglais). Il fut lancé le 7 décembre 1942, soit un an pile après l’attaque de Pearl Harbor et permit de couler 44 navires ennemis jusqu’à la fin de la Seconde Guerre Mondiale.
Voici donc l’occasion de visiter un sous-marin et de découvrir les conditions de vie à bord. Un musée retrace l’histoire des sous-marins depuis leur 1ère utilisation en 1776. A l’extérieur, un mémorial rend hommage aux 52 sous-marins américains et à leurs sous-mariniers perdus pendant la guerre. On peut se balader dans le parc où sont notamment exposés un périscope et un sous-marin de poche japonais capable de contenir un kamikaze.

Prévoyez 1h de visite. Nous, nous l’avions gardée pour la fin. Mais après avoir déjà beaucoup marché sur l’île de Ford et parcouru tout l’USS Missouri, nous commencions sérieusement à fatiguer ! Du coup, nous nous sommes juste promenés dans le parc.

le Mémorial du navire de guerre USS Missouri

Surnommé le Mighty Mo, ce navire de guerre fut construit à la fin de la Seconde Guerre Mondiale et lancé le 29 janvier 1944. Il joua un rôle important durant deux batailles décisives au Japon. Mais c’est le 2 septembre 1945 qui l’a rendu célèbre. Alors amarré dans la baie de Tokyo, c’est sur son pont que les Japonais ont capitulé, mettant fin à la Seconde Guerre Mondiale !
Aujourd’hui amarré à l’île de Ford, juste à côté de l’USS Arizona, la symbolique est forte. Il permet de tourner la page sur les tragiques évènements qui se sont déroulés ici mais aussi tout au long de cette guerre du Pacifique.

L’USS Missouri est encore plus grand que le Titanic : long comme 3 terrains de foot et haut comme un immeuble de 20 étages. Autant dire que vous pouvez compter 2h de visite ! Plusieurs visites guidées sont proposées ainsi qu’un itinéraire à suivre soi-même. Vous pourrez par exemple comme nous suivre une petite visite guidée de 35 min puis vous promenez à votre guise dans le navire. Tout est bien fléché, il n’y a plus qu’à suivre le chemin qui vous donnera un bon aperçu des conditions de vie des marins à bord. Alors préparez-vous à marcher : on suit de looongs couloirs qui se ressemblent tous, à la découverte des cuisines, des dortoirs, des quartiers des officiers… Un vrai labyrinthe !

le Musée d’Aviation du Pacifique

On peut facilement prévoir 2h de visite ici. On se balade dans des hangars et sur le tarmac de l’ancien aérodrome de l’île de Ford, à la découverte d’avions militaires utilisés sur une période allant de Pearl Harbor aux guerres de Corée et du Vietnam. On y voit des vieux avions complètement restaurés, d’autres en très mauvais état !

Notre copain Arnaud répare les avions. Tu crois qu’on peut faire quelque chose pour le Boeing ?

 

Pendant la visite, on passe devant l’ancienne tour de contrôle. A l’époque de l’attaque, la tour était encore en construction. Elle ne fut achevée qu’en 1942. Bien qu’elle fut initialement peinte couleur camouflage, elle fut ensuite parée de belles rayures rouges et blanches. C’est sûr que c’est beaucoup plus exotique que les nôtres à Roissy !

 

 

Les impacts des balles tirées par les avions japonais sont encore visibles sur le hangar 79 :

Et voilà, la visite se termine ici… Finalement, j’en avais des choses à partager avec vous sur Pearl Harbor ! Comme j’aime bien l’Histoire, je n’ai pas pu résister à l’envie de rentrer un peu dans les détails. J’espère que vous reviendrez quand même sur notre blog ! Promis, dans les prochains articles, on vous réserve de belles balades , et moins de cours d’Histoire !


Heures d’ouverture : 7h-17h tous les jours, sauf Thanksgiving, Noël et le jour de l’an.
Il vaut mieux venir en semaine pour éviter la foule.

Prix : 65$ pour accéder à tous les sites (USS Arizona, USS Bowfin, USS Missouri et musée de l’Aviation du Pacifique). Il existe également des billets à l’unité pour chaque attraction ou ne combinant que certaines d’entre elles selon vos intérêts. On achète ses billets soit à l’avance sur le site officiel soit directement au centre d’accueil.

Parking gratuit.

La navette reliant le centre d’accueil à l’île de Ford circule de 8h à 17h et est gratuite. Prévoyez 30 minutes de trajet.

Aucun sac n’est autorisé à l’intérieur du site (sac à main, sac à dos, sac pour appareil photo…).
Soit on laisse ses affaires dans la voiture (ce qui forcément n’est pas très recommandé) soit on les dépose à la consigne à l’entrée pour 3$ l’article… Je dois avouer que nous avions TOUT laissé dans la voiture, d’autant plus que nous prenions l’avion le soir, donc même nos valises. Nous n’avons eu aucun problème. Les parkings sont quand même surveillés !


Je ne sais pas vous, mais moi, après tout ça, deux questions existentielles me restent en tête :
Que signifie USS ?!? Parce que c’est bien beau d’appeler tous ses bateaux USS truc-muche, mais ça veut dire quoi cet acronyme ? La réponse est tellement logique qu’elle en est presque décevante, ça signifie United States Ship. Mais bon, au moins on est fixés !
D’où vient le nom de Pearl Harbor ? En fait, jusqu’à la fin du 19ème siècle, le port était utilisé pour la production d’huîtres perlières ! Les Hawaiiens l’appelaient Wai Momi, qui signifie « eau à perles ».
Et si vous avez d’autres questions, c’est par là  

Nous laisser un message :