remedios

[roadtrip#2] De Matanzas à Camaguey :
en route vers l’Est

Dans Cuba par Alexandra

Mars 2017.
Après avoir arpenté les rues de La Havane pendant deux grosses journées, notre road-trip cubain peut enfin commencer !

carte cuba


Jour 3 : Matanzas

On se lève et on file à l’aéroport récupérer notre voiture. On l’inspecte sous tous les angles et nous voilà lancés sur les routes cubaines. Notre 1ère étape : Matanzas, à un peu plus de 100km à l’Est de La Havane. Une grande ville industrielle autrefois surnommée l’Athènes de Cuba. Rien que ça ! Au 19ème siècle, Matanzas était le centre culturel de l’île et on en voit toujours les traces. Des belles demeures coloniales, un magnifique théâtre longtemps le plus réputé de l’île et des ponts, beaucoup de ponts ! Voilà ce qui caractérise la capitale de la rumba !

  • voiture cubaLa plus belle nous attendait à l’aéroport :
    une splendide Geely !

  • cubaEn chemin, on fait un arrêt à un point de vue pour touristes ! Payant bien entendu.

  •  

Comme les routes cubaines sont en moins bon état que nous le pensions et qu’il y a pas mal de trafic (en tout genre !), on met finalement plus de temps que prévu. Du coup, on ne s’arrête pas de suite poser nos valises à l’hôtel et on file visiter la fameuse grotte du coin, à quelques kilomètres de la ville.

 Las cuevas de Bellamar

On file, on file, façon de parler ! Impossible de trouver la fichue route qui mène à la grotte. Il n’y a aucun panneau et les indications du Routard ne sont pas très claires (en tout cas pas suffisamment pour nous !). Alors ça ne loupe pas, on se perd. Dans une tentative désespérée d’utiliser notre GPS, on se retrouve face à un tunnel à peu près aussi large que notre voiture. Notre Geely est certes toute pourrie, mais on va éviter d’en rajouter ! Alors on se débrouille tant bien que mal et on finit par trouver un petit chemin de terre menant enfin à la grotte…

Sur place, beaucoup de monde et d’animation. Principalement des Cubains. C’est clairement la sortie du dimanche. Et manque de chance, nous sommes dimanche ! Après un déjeuner très moyen dans un petit resto sur place, on va enfin visiter la grotte. Une visite plutôt sympa en dépit d’un guide qui parlait vite et seulement en espagnol, des gens qui ne respectent rien et touchent à tout, et surtout des gros néons moches pour éclairer le chemin. On vous épargnera les photos jaunes et floues que nous n’avons même pas tenté de prendre.

La visite de la grotte se fait toutes les heures, en théorie ! Mais on est à Cuba et le temps ne doit pas passer de la même manière ici… Prix : 5 CUC/personne.  

Au coeur de Matanzas

Sur le chemin du retour vers Matanzas, cette fois-ci, on suit la route goudronnée. Forcément ça marche beaucoup mieux que la route en terre ! Dans les rues, il y a beaucoup d’agitation, des gens et des voitures dans tous les sens. Mais en arrivant à notre casa particular, on a une bonne surprise. On est logés dans une magnifique maison coloniale en plein centre-ville, avec terrasse aménagée en patio et rooftop offrant une vue dégagée sur toute la ville. Des hôtels comme ça, j’en veux tous les jours !

On profite des dernières heures de jour pour faire un tour dans le centre historique. Matanzas est assez étendue mais les points d’intérêt sont plutôt concentrés. Et une fois de plus, c’est très photogénique.

A l’heure du coucher du soleil, on file sur le toit de notre hôtel profiter de la vue.

Matanzas


Jour 4 : De Matanzas à Santa Clara puis Remedios

Ce matin, on commence par la Cueva de Saturno. Encore une grotte je sais, mais celle-ci n’a rien à voir avec celle de la veille. Perdue au milieu de la forêt, elle est à moitié ouverte sur l’extérieur et possède une piscine naturelle d’une eau incroyablement limpide (et un peu fraîche, mais ça c’est mon côté frileuse) dans laquelle on peut se baigner.

 La Cueva de Saturno

Le seul inconvénient de cet endroit, c’est son emplacement. On est ici à une vingtaine de kilomètres de Varadero, LA ville touristique de Cuba par excellence avec sa succession d’hôtels all-inclusive en bord de plage. Le paradis donc pour ceux qui veulent ne rien faire en vacances. Un cauchemar pour nous ! Bref, tout ça pour dire que la grotte fait partie des excursions à la journée proposées par les hôtels. On y est donc allés dès l’ouverture, espérant un peu de tranquillité. Mais en fait à notre arrivée, des Cubains étaient déjà dans l’eau et à peine sont-ils partis que les groupes se sont succédés. Bon on aura quand même réussi à se baigner un peu. La grotte est plutôt sympa si on fait abstraction des autres !

Prix : 5 CUC/personne.

Le museo farmacéutico de Matanzas

En fin de matinée, on revient à Matanzas pour visiter un musée plutôt atypique : une ancienne pharmacie. Et c’est un Français qui gérait l’endroit au 19ème siècle ! La dame du musée nous a fait une visite guidée personnelle. Nous n’étions que trois ! L’endroit est vraiment rigolo à voir. Il est toujours rempli de remèdes de l’époque mais aussi de fioles, vieilles seringues ou encore d’instruments gynécologiques (on est contentes que la médecine ait évoluée !). Le propriétaire fabriquait lui-même certains médicaments et notait tout dans un gros livre. Bref, une visite qui change !

Prix : 3 CUC/personne.

Santa Clara

La matinée se termine. On achète des sandwichs pour manger en route et on reprend le volant de Super Geely ! Ce soir, on dort à Remedios. Mais on veut d’abord s’arrêter en chemin faire un petit pèlerinage dans la ville du Ché, Santa Clara. Non pas qu’il soit né ici, puisqu’il était argentin, mais c’est ici que la Révolution cubaine connut un tournant.

  • Premier arrêt sur la Plaza de la Revolución où l’on trouve une immense statue du Ché, haute de 7m tout de même ! A ses pieds, l’inscription : « Hasta la victoria siempre« . Classique. A droite de la statue, la lettre que le Ché a écrite à Fidel juste avant son départ pour la Bolivie en 1966 a été gravée sur une grande colonne.
    On peut aussi visiter le mémorial des Martyrs de la Révolution qui abrite notamment la dépouille du Ché. Malheureusement, le musée était fermé quand on y est passés.

Gratuit mais fermé le lundi !

  • Deuxième arrêt pour le Train Blindé. Guevara et ses hommes avaient réussi à s’emparer de ce train rempli de munitions et avaient par la même occasion fait vaciller l’armée de Batista. Trois wagons se visitent. On a juste regardé la mise en scène, pris quelques photos et on a poursuivi notre chemin.
Remedios

A notre arrivée à Remedios, on est surpris par la taille de la ville qui n’a rien à voir avec celles qu’on a pu voir jusqu’à présent. Ici les rues sont étroites et on croise peu de voitures. Et c’est pas désagréable ! Après avoir déposé nos bagages à notre nouvelle casa particular, on sort vite profiter de la Golden Hour, cette heure précédant le coucher du soleil où tout est éclairé d’une douce lumière dorée. Un bonheur pour les yeux et pour les photos.

Remedios est une vieille ville coloniale du 16ème siècle. Elle a longtemps vécu isolée du reste de l’île, commerçant principalement avec des pirates français venus d’Haïti ! Sa particularité ? Ses deux églises catholiques, quasiment côte à côte sur la place principale. 

Le régal, c’est de boire un petit mojito sur la place pour profiter de l’endroit tout en écoutant de la musique cubaine. Ensuite on file dîner à notre casa, sur leur sympathique petite terrasse. Buenas noches !


Jour 5 : Cayo Santa Maria

Aujourd’hui, c’est journée plage. On file au cayo Santa Maria, une petite île reliée à l’île principale par une longue route construite sur une digue.

Prix du péage : 2 CUC/voiture. Il faut également présenter son passeport.

L’arrivée au cayo est assez chouette. On roule sur la digue, au beau milieu d’une eau turquoise avec tout plein de nuances de bleu. C’est beau et on n’a qu’une hâte, arriver au bout et se mettre à l’eau ! Sauf qu’on a eu beau rouler, on n’a jamais vu de jolies plages apparaître. Et finalement, on est arrivés à un carrefour :

– d’un côté, une route bordée de grands hôtels avec derrière eux, la plage. Il y a aussi un mini village, appelé El Pueblo, qui nous a beaucoup fait penser à Disneyland : joli mais très faux. Ici principalement des restaurants pour touristes (burgers, italien, … Tout ce dont vous pourriez avoir envie), des souvenirs à acheter, une banque et une petite tour au sommet de laquelle on peut monter pour profiter de la vue. Impossible d’accéder à la plage sans marcher au travers d’hôtels.

– de l’autre, une réserve faunique, notre petit coin de paradis ! L’entrée est payante : 4 CUC/personne. On suit une petite route de terre sur 5km environ avant d’arriver au bout du bout du cayo. Et là, se trouve une toute petite plage, entourée de mangrove, et avec quasiment personne. Sur une journée, on n’y a vu qu’un autre couple qui est d’ailleurs reparti assez tôt, nous laissant seuls au monde. Le bonheur ! 

  •  

    Le calme
    L’eau transparente
    Le sable blanc et incroyablement doux

  •  

    Beaucoup de vent
    Beaucoup d’algues
    Peu de profondeur pour nager

  •  

On y a vu pas mal d’oiseaux, mais malheureusement pas de flamands roses. Et en milieu d’après-midi, la marée était suffisamment basse pour laisser apparaître des bancs de sable. On pouvait marcher super loin en longeant la côte, avec de l’eau seulement aux chevilles. Par contre, en allant vers le large, on perd rapidement pied. Ça avait l’air bien profond.
Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, la réserve ferme à 16h. L’heure du goûter ! Du coup on est retourné au Pueblo manger une glace et grimper tout en haut de la tour profiter de la vue. Effectivement la plage est derrière la barrière d’hôtels. Le vent a l’air de souffler ici aussi.

L’après-midi se termine et on rentre à Remedios. Après tout, c’est l’heure du mojito quotidien, voire de la Pina Colada si l’envie nous en prend !


Jour 6 : En route pour CAMAGUEY

On refait nos valises et on poursuit notre road-trip vers l’Est en direction de Camaguey, la ville des églises ! En chemin, on s’arrête faire une pause à la Laguna de la Leche.

La Laguna de la Leche

Apparemment « l’eau et le terre se marient ici d’une manière unique et harmonieuse ». Et le nom de la lagune viendrait des reflets blancs de son eau. Ça a l’air vachement sympa comme endroit d’après la description du guide ! Parfait pour une petite halte. Sauf que je vous arrête direct, ça a été une (très) grosse déception ! On a certes vu un lac, mais tout ce qu’il y a de plus classique. Et certainement pas blanc. On ne savait pas trop où se garer jusqu’à ce qu’on trouve des bancs au bord de l’eau. Mais c’était assez sale par terre et vraiment pas glamour comme endroit. Alors on a tenté de partir à l’aventure en suivant un petit chemin en terre qui longe l’eau. On a croisé quelques pêcheurs, un peu étonnés de nous voir là. Mais on a eu beau chercher, on n’a pas trouvé que l’endroit méritait de s’y arrêter !

Laguna de la Leche

Au déjeuner, on s’arrête juste à côté, à Morón, célèbre pour ses combats de coqs. Mais c’est une grande ville, avec un peu trop de monde à notre goût. Et finalement, vers 16h, on arrive enfin à Camaguey, la ville la plus à l’Est de notre voyage. 

Camaguey

C’est bête mais avec la photo du guide, je m’imaginais une petite ville calme et paisible, aux rues pavées. En réalité, il m’aurait suffit de lire le nombre d’habitants pour me rendre compte que nous sommes ici dans une grande ville. Comme quoi, une photo, c’est comme un éléphant, ça trompe énormément ! Et donc qui dit grande ville, dit voitures, gens, mendiants… D’ailleurs, le guide tout comme notre hôte met en garde contre les rabatteurs, des gens qui se mettent devant les casa particulares et prétendent en être les propriétaires. Ils disent aux touristes ne plus avoir de place pour les loger et les renvoient vers une autre adresse, où ils toucheront une commission, bien entendu.

Notre arrivée se passe malgré tout plutôt bien et nous partons à la recherche des fameuses églises de la ville. Il y en a 9 au total, rien que ça ! 

On ne les aura pas toutes vues mais on n’était pas loin du compte ! Elles ont toutes été construites par des immigrants espagnols et pourtant, elles sont toutes bien différentes. Pourtant, je ne sais pas vraiment pourquoi mais je suis un peu restée sur ma faim. Je m’attendais à plus spectaculaire, plus coloré… Mais heureusement, en flânant dans les ruelles du centre-ville qui est, précisons-le, classé au Patrimoine mondial de l’Unesco, on a tout de même fait de belles découvertes.

Notre journée à Camaguey s’achève et, dès demain, notre road-trip prend un nouveau tournant. On met le cap sur Trinidad mais ça, ça sera dans le prochain épisode !

NOTRE BONNE ADRESSE A MATANZAS :

 L’Hostal Alma était super bien placé, en plein centre-ville de Matanzas. Son patio en plein cœur de la maison était surprenant et très agréable. En plus, le petit-déjeuner était top !

On a bien aimé l’architecture de Matanzas malgré son agitation et adoré l’atmosphère de Remedios. Mais Camaguey a plutôt été une déception. Je ne suis pas sure que ça valait la peine de faire autant de route pour venir jusqu’ici sachant qu’on n’irait pas plus à l’Est. Si c’était à refaire, nous irions directement à Trinidad après Remedios.

Pour découvrir la suite de nos aventures mais surtout la plus belle ville cubaine, jetez un coup d’oeil ici:

trinidad [roadtrip#3] Trinidad : des couleurs plein les yeux 

Commentaires

    1. C’est vrai que c’est très photogénique. Quand Mathieu revoit les photos, il a presque envie d’y retourner ! Dommage que le tourisme en masse soit en train de tout gâcher… Allez-y vite avant que ça ne change trop !

Nous laisser un message :