Trinidad

[roadtrip#3] Trinidad :
des couleurs plein les yeux

Dans Cuba par Alexandra

Voilà déjà une semaine que nous sommes à Cuba et nous nous apprêtons à découvrir la plus belle ville du pays, Trinidad, et sa région débordant d’activités. De la ville à la plage, de la forêt aux champs de cannes à sucre, nous allons passer des journées riches et même découvrir une partie de l’Histoire cubaine que nous ne connaissions pas.

carte Trinidad

Jour 8 : En route vers SANCTI SPIRITUS PUIS TRINIDAD

 Sancti Spiritus

On quitte Camaguey ce matin destination la belle Trinidad. Au programme 4h de route tout de même. Alors on s’arrête en chemin pour déjeuner à Sancti Spiritus, a priori une grande ville sans grand intérêt majeur. Finalement, ce bref stop est une bonne surprise. On découvre une ville aux ruelles typiques et pleines de charme où il est agréable de se balader. Dans le centre-ville, on ne déroge pas à la règle avec une belle place José Martí en plein cœur. Mais le soleil brûle fort ici et on retourne vite se réfugier dans l’ombre des petites rues.

 Trinidad

En arrivant à Trinidad, je me demande où nous sommes tombés ! Il y a des touristes partout, l’enfer ! C’est une vraie galère d’avancer avec la voiture dans les petites ruelles pavées et pas toujours en très bon état. Notre casa particular est un peu éloignée de l’agitation touristique, là où les rues sont en terre et où il n’y a plus que des locaux. Sur le coup, on s’inquiète un peu. Mais en fin de compte à tort. Il y a vraiment zéro insécurité et on circule rapidement d’un bout à l’autre de la ville à pied. 

Comme toujours, aussitôt posé les valises, aussitôt ressortis profiter de la belle lumière du soleil couchant. Trinidad est un gros coup de coeur : la ville cubaine comme on l’imaginait/espérait. Les ruelles sont bordées de maisons coloniales aux couleurs pastels, parfois une vieille voiture américaine garée devant. Et le clou du spectacle, c’est quand on arrive sur la place principale, la plaza Mayor. Légèrement en pente avec à son sommet une église, de part et d’autre sur les côtés des palais aux somptueuses façades et à son coeur, d’immenses palmiers et tout plein de végétation. On se balade ensuite un peu au hasard des rues, en essayant de s’éloigner de la foule. Et on découvre des coins vraiment typiques plein de charme.

Lorsque le soleil commence à se coucher et que le ciel vire au rose, on ne loupe pas une miette du spectacle. Ce soir, on ne dînera pas à la casa particular, on va dans un vrai restaurant ! Forcément, on n’est pas tout seuls et l’attente va s’avérer interminable


Jour 9 : Autour de Trinidad : rando et plage

 Le massif de l’Escambray

Il est temps d’éliminer tous les cocktails qu’on a bus depuis le début de ce voyage et de randonner un peu ! On part donc dans le massif de l’Escambray, à la découverte des chutes Salto de Cabourní. La route jusqu’à Topes de Colliantes est en mauvaise état et grimpe pas mal. Mais le panorama est superbe. On s’arrête d’abord à un mirador sur la gauche de la route et on grimpe toutes les marches. D’ici on a vue sur la péninsule d’Ancón. Mais c’est un peu brumant et décevant.

Massif de l'Escambray

On poursuit ensuite jusqu’à la Villa Caburní et on se gare au parking de l’hôtel. On marche alors le long de la petite route qui descend sur la gauche. On passe un immeuble abandonné, quelques maisons et 5 min plus tard, on atteint enfin le point de départ de la rando. Marcher est payant : 10 CUC/ personne. Ça fait un peu cher !
A l’aller, c’est facile, ça descend tout du long jusqu’aux chutes, dans une dense forêt. Après une heure de marche sous la chaleur, se baigner dans la petite piscine naturelle aux pieds des chutes est un vrai régal. Par contre l’eau est glacée et les pierres au sol glissent beaucoup. Pas évident de se mettre à l’eau !
En marchant quelques minutes de plus, on arrive au pied d’une falaise. C’est impressionnant, on se sent tout petit. Et c’est super apaisant, il n’y a quasiment personne. La plupart des gens s’arrêtent d’abord se baigner avant de poursuivre. Mieux vaut donc venir ici directement si vous randonnez très tôt et que vous êtes parmi les premiers de la journée à venir ici.
Au retour, la chaleur est encore plus étouffante et le chemin grimpe en continu ! Heureusement que la végétation luxuriante protège du soleil !

 Compter environ 45 minutes de marche à l’aller et 1h au retour. Arrivez tôt pour éviter au maximum la foule et moins souffrir de la chaleur. Nous avions commencé vers 10h. Il fallait pas venir plus tard je pense.
Pour ce qui est du trajet en voiture, prévoir une heure de route. La route est pentue et toute cabossée !

 La plage Ancon

Cet après-midi, on détend nos petits muscles en bord de mer à la plage Ancón. On a d’abord pas mal cherché la plage d’Eduardo dont parle Le Routard mais après avoir roulé 800m sur un minuscule chemin en terre, on a abandonné. On devait pas être au bon endroit ! On a alors tenté de s’arrêter sur un petit bout de plage un peu à l’écart de la plage principale mais des locaux nous ont mis en garde contre les voleurs qui profitent que les gens soient à l’eau pour leur piquer leurs affaires dans la voiture.
Tant pis, nous finissons sur la plage principale, comme tout le monde. Elle se trouve au pied de l’hôtel Ancon et a l’avantage d’avoir un parking surveillé mais payant (2 CUC). Et qui dit touristes, dit buvette, parasols et transats. On se trouve donc une petite place à l’ombre d’un cocotier pour l’après-midi. L’eau est claire, le sable blanc mais il y a beaucoup d’algues et de déchets que les gens laissent trainer. Dommage, ça gâche un peu !


Jour 10 : La Valle de los Ingenios

Le nom Valle de los Ingenios signifie Vallée des moulins à sucre. Avec plus de 70 moulins jusqu’en 1850, cette vallée fut une importante source de revenus pour le pays, jusqu’à ce que le prix du sucre s’effondre. Les belles demeures des riches propriétaires ont alors été laissées à l’abandon. La vallée est toutefois aujourd’hui inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco.
Sur les conseils de notre hôte, on part donc pour une journée, à la découverte de la région et de son histoire très riche, entre économie florissante et esclavage.

 Le Mirador

Premier arrêt, le mirador. On profite que le soleil soit du bon côté de la vallée pour admirer les alentours avec un peu de hauteur.

 Prix : 2 CUC le parking.

Mirador Valle de los IngeniosLe grand fil au milieu de la photo, c’est pour les gens qui ont envie de s’envoyer en l’air en faisant de la tyrolienne !
Nous, on s’est contentés de les regarder crier.

La Hacienda Guaimaro

Il s’agit d’une belle demeure qui appartenait autrefois à de riches sucriers. Ils venaient habiter ici pendant la saison de la canne à sucre et habitaient le reste du temps en ville, à Trinidad.
Peu de touristes viennent jusqu’ici et à notre arrivée, nous étions tout seuls ! Mais une guide reste sur place toute la journée pour faire une petite visite guidée à qui le souhaite. Parler espagnol aide beaucoup. Sinon il y a toutefois des affiches reprenant les faits principaux qui sont traduites dans plusieurs langues.

 San Pedro et les champs de cannes à sucre

Notre hôte nous a recommandé de rouler jusqu’au petit village de San Pedro, perdu au milieu de nul part. Le village en lui-même n’avait pas un intérêt fou. Il n’y a rien à y voir et les habitants ne sont clairement pas habitués à voir des touristes. Mais la route qui y menait était au beau milieu des champs de cannes à sucre. On a eu la chance d’observer des agriculteurs travailler, parfois à l’aide de boeufs.

 Manaca Iznaga

Le petit village de Manaca Iznaga est aujourd’hui l’étape touristique de la vallée. Quand on y arrive, on est tout de suite surpris par la foule alors que jusqu’à présent, on était bien tranquilles ! Une petite rue pavée mène à une tour haute de plus de 40m. Elle aurait été construite par un riche sucrier afin de surveiller ses 231 esclaves au travail dans les champs. La vue d’en haut est plutôt sympa et mérite l’effort. Partout dans le village des vêtements, nappes et autres tissus volent au vent. Le linge brodé est la spécialité de Trinidad. Impossible de passer à côté. Tout est fait pour tenter le touriste.
Soyons clair, il n’y a rien d’autre à voir ni à faire ici ! On a quand même profité du stop pour manger à l’unique restaurant de la ville avant de reprendre la route.

 Le parking était surveillé et gratuit (pour une fois !). Le mirador coûtait lui 1 CUC / personne.

El ingenio San Isidro

Il s’agit d’une autre maison de riches propriétaires ayant fait fortune dans le sucre. 150 esclaves travaillaient dans les champs autour et fabriquaient ensuite du sucre et du rhum. Mais les propriétaires n’étaient jamais en contact avec les esclaves, hormis les hommes qui servaient de chauffeurs et les femmes domestiques. La visite est très intéressante. C’est l’occasion d’en apprendre plus sur une partie de l’histoire cubaine, autre que la révolution !

 Des guides attendent les touristes pour réaliser ensuite des visites guidées au prix symbolique de 1 CUC / personne. Je pense qu’ils parlaient anglais au besoin.

On peut voir les restes de nombreux bâtiments comme les chambres dans lesquelles dormaient les esclaves. Généralement, 3 ou 4 personnes se partageaient une pièce de 16 m2 seulement.
Devant la maison se trouve une grande tour qui permettait de surveiller les esclaves mais aussi tout départ de feu dans les champs. La cloche à son sommet sonnait le début et la fin de la journée de travail.

Dernière soirée à Trinidad

De retour à Trinidad, on  se motive pour marcher jusqu’au mirador de la Vigía. Ici, on est simplement sur une colline, à côté d’une grosse antenne toute moche mais on a une jolie vue sur la ville d’un côté et la vallée de Los Ingenios de l’autre. Le monsieur qui garde l’endroit est ravi de voir des gens monter jusqu’ici et nous a donné plein d’explications sur ce qu’on voyait. Dommage que le ciel ait été couvert, la visibilité n’était pas terrible. Mais on ne se décourage pas, on redescend en ville et on file au sommet cette fois du mirador du Palacio Cantero, juste à côté de la place Mayor. Pile à temps pour le coucher du soleil. Ce ne sera pas aussi beau que le 1er jour mais on n’a pas regretté d’avoir grimpé le pentu escalier en bois !

A l’heure de l’apéro, on décide de s’essayer à la canchanchara, un cocktail typique d’ici qui est servi dans un petit verre de terre cuite. C’est frais et léger mais le bar est rempli de monde et la musique très forte.

   

Ces trois journées à Trinidad ont été très diversifiés en activités et la ville est un vrai régal pour les yeux. A tel point que même les hordes de touristes n’ont pas réussi à nous en dégoûter. Trinidad est vraiment une étape incontournable lors d’un voyage à Cuba !

La suite du road-trip nous conduira jusqu’à Viñales, autre ville cubaine très touristique et qui pour le coup ne nous a pas du tout plu ! Si vous voulez en savoir plus, ça se passe dans notre dernier article sur Cuba, dans lequel on vous raconte la fin de notre voyage :

baie des cochons[roadtrip#4] De Cienfuegos à Viñales : entre plages et mogotes

 La semaine prochaine, on va passer quelques jours à Londres à l’occasion de mon anniversaire. On va plonger dans le monde magique d’Harry Potter en visitant les studios et surtout en allant voir la fameuse pièce de théâtre qui poursuit la saga. J’ai hâte de partager tout ça avec vous !

Commentaires

Nous laisser un message :