Un mois en Australie – partie 2 :
Le New South Wales

Dans Nos itinéraires par Alexandra

Déjà 10 jours que nous sommes arrivés en Australie et nous avons vu tellement de choses que Brisbane nous semble faire partie d’un autre voyage. Rappelez-vous, nous nous étions arrêtés dormir à Grafton, une petite ville située dans le Nord du New South Wales. Cet état réunit tous les ingrédients pour nous plaire : des paysages et parcs nationaux magnifiques, une Sydney grandiose, des plages aux eaux turquoises et au sable blanc mais surtout, encore plein de koalas. Pour l’heure, nous sommes surtout impatients d’atteindre Sydney. Nous n’avons jamais été aussi proches et pourtant des centaines de kilomètres nous séparent encore de cette ville mythique ! Mais soyons patients et retournons à Grafton

Jour 13 : Woolgoolga, Bellingen et le Dorrigo National Park

Après 50 min de route, nous arrivons à Woolgoolga. Pas vraiment une étape, nous nous arrêtons juste le temps de prendre une photo du seul point d’intérêt de la ville : le temple Gurû Nanak. Il s’agit en fait d’un temple sikhe et Gurû Nanak n’est autre que le fondateur du Sikhisme, une religion pratiquée notamment en Inde.
De nouveau 50 min de route et nous atteignons Bellingen, la ville où nous dormirons ce soir. Nous avons de la chance, nous sommes le 3ème samedi du mois et à cette occasion se tient un grand marché régional avec plus de 250 stands. Il y a beaucoup de monde pour une ville qui ne nous parait pas très grande ! Malgré l’agitation, il règne une atmosphère très décontractée, un peu hippie peut-être. C’est une ville d’artistes, de personnes qui recherchent une vie plus saine. Bref, nous en avons gardé un bon souvenir. Les rues sont bordées de jacarandas, des arbres avec de jolies fleurs violettes. C’est très beau. Nous profitons du marché pour goûter un jus de canne à sucre puis nous filons au restaurant. Il faut que nous prenions des forces pour l’après-midi, nous allons randonner dans le Dorrigo National Park, à quelques kilomètres de la ville.
Il fait très chaud et les randonnées nous promènent dans une immense forêt tropicale. Nous entendons beaucoup d’oiseaux et en particulier un, dont le cri revient régulièrement et qui ressemble à un rire ! Je crois qu’à ce niveau-là du voyage, je n’étais même pas sûre que c’était un oiseau ! Mais la suite nous apprendra qu’il s’agit en fait du kookaburra, un martin-chasseur d’Australie. Si vous avez bien regardé nos photos du Lone Pine Koala Sanctuary dans l’article précédent sur le Queensland, vous le connaissez aussi ! C’est le petit oiseau avec un mulot dans le bec. Le gros point fort de ce parc est son skywalk, une passerelle qui nous offre un incroyable panorama sur la forêt s’étendant à perte de vue.
Le soir, nous nous préparons à dîner dans notre auberge de jeunesse et mangeons sur la terrasse. Alors qu’un gros orage éclate au loin, nous voyons des dizaines de chauves-souris voler dans les airs. Sweet dreams…

Jour 14 :  the Waterfall Way

Au programme du jour : rouler jusqu’à Armidale en suivant la route des cascades (The Waterfall Way en anglais). Longue de 160 kms, elle nous mène dans les terres, au travers de petites villes historiques, de forêts tropicales, et de cascades comme son nom l’indique ! Bellingen et le Dorrigo National Park en étaient les premières étapes. Aujourd’hui, nous poursuivons vers les Ebor Falls, le New England National Park et atteignons finalement Armidale. Nous sommes dimanche, c’est la fin de l’après-midi et il n’y a personne dans les rues. C’est un peu déroutant mais au moins, il n’y a pas de touristes pour gâcher les photos !

Jour 15 : Port Macquarie et Port Stephens

Beaucoup de route en perspective pour cette journée ! On rejoint d’abord Port Macquarie, avec au programme la visite du Koala Hospital. Sauf qu’en arrivant, nous découvrons que des sculptures de koalas ont été implantées un peu partout dans la ville et que le défi est de toutes les retrouver. Nous nous laissons prendre au jeu et restons du coup plus longtemps que prévu. Si vous souhaitez en savoir plus sur cette ville qui nous a beaucoup plu, nous avions déjà partagé tout ça lors d’un précédent article, il vous suffit de cliquer ici !

Nous repartons donc assez tard de Port Macquarie et enchaînons les 3h de route qui nous séparent de Port Stephens. La journée se terminera là, avec un bon barbecue au dîner.

Jour 16 : Newcastle et arrivée à Sydney

Comme nous sommes arrivés tard la veille, ce matin nous prenons un peu de temps pour aller voir une des plages du coin. Et nous ne sommes pas déçus : la plage est quasiment déserte, entourée de dunes de sable et de forêts. Apparemment, Port Stephens s’est autoproclamée capitale australienne pour voir des dauphins. Il est prévu que nous allions les voir plus tard, dans une autre petite ville plus au Sud. Donc pour l’heure, on fonce : plus qu’une étape avant d’atteindre Sydney !!
Cette étape, c’est Newcastle. Deuxième plus grande ville de l’état après Sydney, les gens sont pourtant très détendus ici. Encore un de ces endroits où il fait bon vivre. Nous décidons d’essayer leur piscine d’eau de mer, située juste au bord de l’océan. L’eau y est glacée !

Après déjeuner, nous reprenons la route en direction de Drummoyne, quartier qui nous servira de base pour visiter Sydney. Il faut souligner que nous avons fait l’impasse sur la Hunter Valley, région viticole où les habitants de Sydney viennent passer des week-ends romantiques, ou alcoolisés ! Mais bon, nous qui sommes Bordelais, les vignes, on connaît. Par contre Sydney, non !
Dès qu’on approche, il y a beaucoup de trafic et d’embouteillages. Nous trouvons notre hôtel : une magnifique maison de style victorien avec un beau jardin à l’arrière. Ces trois jours à Sydney vont être un vrai coup de cœur.

Jours 17 + 18 + 19 : Sydney

Nous vous raconterons tout ça plus en détail dans un article à part. Je préciserais seulement que lors de la préparation du voyage, je me suis longtemps posée la question du temps à consacrer à cette ville. J’avais prévu 3 jours, je pense que 4 auraient été mieux. La ville est très étendue mais bien desservie en transport. Drummoyne était un bon endroit pour dormir. Le quartier est calme et surtout le trajet en ferry pour rejoindre chaque jour le centre-ville est mythique, beaucoup plus glamour que le RER qui nous emmène au travail tous les jours ! Le port de Sydney est immense : on longe des jolies maisons puis des gratte-ciel pour ensuite passer sous le célèbre pont, le Sydney Harbour Bridge, et enfin devant l’encore plus célèbre opéra. Ajoutez à tout ça du soleil : un vrai régal !

Jour 20 : en route vers les Blue Mountains

Les Blue Mountains sont situées à une petite centaine de kilomètres à l’Ouest de Sydney. Leur nom vient en fait d’une brume bleutée, formée par les eucalyptus, et qui recouvre les montagnes. Classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, ce parc national offre de magnifiques paysages mêlés de falaises, vallées et forêts. Les randonnées y sont nombreuses et variées, et ce ne sont pas les points de vue qui manquent ! Depuis Sydney, deux routes mènent aux Blue Mountains, se rejoignant à l’Ouest pour former une boucle.
Ce jour-là, nous décidons de commencer par suivre la route au Nord du parc, surnommée Bells Line of Road. Si vous avez une voiture, profitez-en. Elle est très pittoresque et offre de jolis panoramas.  Nous nous arrêtons déjeuner dans une petite ville à l’Ouest du parc, appelée Blackheath. Au menu, un plateau de charcuterie et fromages histoire de se recharger après 20 jours loin de la France ! De là, plusieurs petites routes permettent de rejoindre des points de vue sur la vallée Grose. Nous randonnons dans un canyon puis reprenons la route vers le Sud pour rejoindre notre auberge de jeunesse située à Katoomba.

Nous avions trouvé en chemin un journal indiquant les bons endroits pour prendre des photos. L’un d’eux n’est pas très loin et permet de profiter du coucher de soleil. C’est parti !

Jour 21 : les Blue Mountains

Aujourd’hui, nous restons autour de Katoomba, dans la vallée Jamison. Ici il y a beaucoup de randonnées mais aussi les points de vues les plus célèbres du parc comme les Three Sisters depuis Echo Point. La météo du jour annonce 40°C… pas l’idéal pour randonner. Du coup, on s’adapte ! Mathieu est déçu, il voulait faire une grande randonnée qui longe les falaises. Mais le soleil est fort et nous préférons marcher dans la forêt dans l’après-midi.

Jour 22 : des Blue Mountains à Jervis Bay

C’est malheureusement notre dernier jour ici. Nous faisons une dernière randonnée dans la forêt avec retour en funiculaire (vu la pente pour remonter, je ne regrette pas !) puis nous profitons des derniers points de vue de la région. Notre aventure nous mène ensuite à Jervis Bay, à 3h de route au Sud. Nous revoilà sur la côte.

Jour 23 : de Jervis Bay à Jindabyne

Une motivation surhumaine s’est emparée de Mathieu qui décide de se lever à 5h du matin pour aller faire des photos du lever du soleil depuis la plage. Autant être claire, moi, je dors paisiblement.

A quelques jours près, la saison d’observation des baleines est finie mais nous comptons bien nous rattraper avec nos amis les dauphins. Nous partons donc pour un tour en bateau. Et c’est un échec. Nous réussissons tout de même à en voir quelques-uns l’espace de quelques minutes, mais nous sommes très déçus. Nous nous promenons ensuite le long de la côte. Ici le sable est blanc et l’eau turquoise, rien que ça !
Et puis nous reprenons la route en direction de Jindabyne, à 4h d’ici. En route, nous rencontrons des kangourous alors que nous faisons une pause dans une toute petite ville. Jusque-là, nous n’avions que rarement eu l’occasion d’en observer dans la nature ! Nous trouvons aussi des cacatoès rosalbins. Ce type d’oiseaux est très courant en Australie, pas de vilains pigeons comme chez nous. Cependant, ils sont très bruyants et ne sont pas forcément appréciés des gens.

Si jamais vous aussi, vous préparez un road-trip en Australie, sachez que si vous souhaitez aller à Canberra, c’est le moment ou jamais. La ville n’est pas très loin mais nous forçait à faire un détour depuis Jervis Bay. J’avais donc choisi à contrecœur de ne pas y aller. Ne pas visiter la capitale de l’ Australie quand on est aussi proche est dommage mais les retours que j’en avais eus étaient assez décevants. Et puis comme pour tout voyage, il faut faire des choix. On ne peut malheureusement pas tout voir…

Jour 24 : les Snowy Mountains

L’avantage de Jindabyne est d’être à proximité des Snowy Mountains. Ces montagnes abritent le Mont Kosciuszko, la plus haute montagne du continent australien. Comme leur nom l’indique, on trouve ici de la neige pendant l’hiver ainsi que plusieurs stations de ski. Mais nous sommes au printemps, il fait beau et il y a très peu de monde. Il fait clairement moins chaud que dans le reste du New South Wales et les paysages sont vraiment différents. Une route panoramique permet de se promener de point d’intérêt en point d’intérêt tout au long de la journée. Nous découvrons ainsi une ancienne ville de miniers, Kiandra, ainsi que son cimetière, tous deux au milieu de nulle part ! La route passe au travers de forêts, parfois calcinées, parfois magnifiques et très denses.

Mais la bonne surprise, c’est la découverte de nombreux kangourous et wallabies sur les aires de repos. Je pourrais passer des heures à faire des photos… Parmi eux, un mâle, sûrement le chef du groupe : il se distingue vraiment des autres. Il est très grand et musclé, on dirait presque le buste et les bras d’un homme. Celui-là, on n’a pas envie de le contrarier !! Et plus tard, le long de la route, nous trouvons même un émeu et son petit ! Nous rejoignons finalement Jindabyne, où nous restons encore une nuit.

Le lendemain, nous allons quitter le New South Wales et entrer dans le 3ème et dernier état de notre voyage : Victoria. On est vraiment au Sud de l’Australie et le temps rappelle parfois l’Angleterre  ! Nous allons bientôt découvrir la célèbre Melbourne, 2ème plus grande ville d’Australie, mais aussi assister à la fameuse parade des petits manchots de Phillip Island.

Un mois en Australie – partie 3 : le Victoria  


FAQ :
Nous y étions de début novembre à début décembre, donc au printemps et c’était bien. Il a toujours fait beau et chaud, sauf à Melbourne où le temps était plus mitigé. Mais il faut savoir que quand nous y sommes retournés en janvier dernier, donc en été cette fois, il pleuvait aussi et on supportait une petite veste. En fait, le temps dans le Sud rappelle vraiment celui de l’Angleterre, je n’exagère pas ! En résumé, printemps et été sont des bonnes périodes pour visiter la côte Est du pays. Attention toutefois à éviter les grandes vacances des Australiens : les prix montent et il y a beaucoup plus de monde partout. Attention également à la période de l’Open d’Australie (fin janvier), réservez à l’avance votre hôtel à Melbourne !
De plus, vous verrez que la bonne saison pour visiter la côte Est n’est pas forcément la bonne saison pour visiter Uluru (dans le centre) ou Perth (à l’Ouest)… Chaque région a un climat différent !
Alors je sais que c’est un sujet sur lequel chacun a son avis. Lorsque je préparais ce voyage, j’ai lu beaucoup de forums et posé la question aux gens autour de moi qui y avaient déjà été, et personne ne semblait d’accord. Alors au risque de m’attirer les foudres de certains, je dirais que si c’était à refaire, je prévoirais :
 Brisbane : 2 jours. La ville n’est pas grande et le 2ème jour nous n’avions pas grand chose à y faire. Après, nous n’y avons pas visité de musées, tout dépend de ce que vous aimez.
 Sydney : 4 jours. La ville est immense et il y a beaucoup à découvrir autour, à l’aide des ferrys. Hormis le centre-ville et ses quartiers adjacents, nous sommes allés à Manly et au Luna Park. Mais pas le temps de pousser jusqu’à Bondi Beach ou autres quartiers autonomes qui entourent la ville.
 Melbourne : 3 jours. Comme je le disais, la ville se visite facilement. Nous y sommes restés deux jours mais y sommes revenus un an plus tard et nous avions encore quelques quartiers à découvrir comme les docks ou la plage de St Kilda. Trois jours me paraît donc un bon compromis.
C’est vrai que quand on pense « road-trip en Australie », c’est la 1ère image qui nous vient à l’esprit. Cependant, nous avions prévu d’alterner parcs nationaux, plages et villes. Et clairement, la question est : que faire de son gros camping-car quand on est dans une ville comme Sydney ? Il nous a donc paru plus simple de louer une voiture, peut-être par habitude… Pas besoin de se demander où se garer la nuit, comment gérer l’eau et les toilettes du camping-car… Notre solution était surement moins économique puisque nous dormions toujours à l’hôtel mais moi qui aime bien organiser nos voyages à l’avance pour être tranquille une fois sur place, j’étais plus sereine ainsi.
Il nous a semblé que 100 $AU était un minimum. On en rit encore avec Mathieu mais à chaque fois que j’avais réservé un hôtel pour moins cher, ce fut une catastrophe : chambre sale et vieille, matelas défoncé, petits bêtes pour nous tenir compagnie… Nous n’attendons pas grand chose d’une chambre, nous sommes d’ailleurs habitués aux motels américains avec leurs chambres vieillottes, mais tant que c’est propre et un minimum confortable, ça nous convient !
Oui, c’est une question primordiale !!
Pour le fun fact animalier, les mâles ont une tâche marron sur la poitrine. Il s’agit d’une glande qui leur permet de marquer leur territoire. En la frottant contre le tronc d’un arbre, ils déposent ainsi leur odeur.

Nous laisser un message :