Ishasha - Ouganda

Voyager en Ouganda

Dans Ouganda par Alexandra

Parce qu’on se pose toujours plein de questions avant de se décider à partir dans un pays, on essaie de vous apporter quelques éléments de réponse ici !

Quelles sont les formalités d’entrée en Ouganda ?

Tout séjour en Ouganda nécessite de faire une demande de visa. Il est possible de faire les démarches en ligne sur le site Uganda E-Immigration System puis de retirer son visa directement à l’ambassade à Paris ou à l’arrivée à l’aéroport d’Entebbe. Vous pouvez aussi demander à le recevoir directement chez vous. Dans tous les cas, il vous coûtera 50 US$.

Le site France Diplomatie permet d’avoir les dernières informations à jour concernant les visas requis pour entrer dans un pays.

Faut-il des vaccins particuliers ?

En plus des vaccins français habituels (DTP, ROR), il est recommandé d’être vacciné contre la fièvre typhoïde et les hépatites A et B. Le vaccin contre la fièvre jaune est quand à lui obligatoire pour obtenir son visa !
L’Ouganda figure également dans une zone à fort risque de paludisme. Pour éviter toute contamination, il faut donc d’une part se protéger des moustiques avec par exemple des sprays de type « 5 sur 5 » (qui a très bien fonctionné pour nous) et d’autre part prendre un médicament délivré sur ordonnance, la malarone. Le traitement dure tout au long du séjour et se poursuit 7 jours après le retour en France.

Le site de l’Institut Pasteur permet de faire le point sur les vaccins nécessaires lors d’un voyage à l’étranger.

L’Ouganda est-il un pays pauvre ?

ouganda

L’Ouganda est un pays relativement stable depuis son indépendance du Royaume-Uni en 1962 et prospère par son agriculture très diversifiée (fruits exotiques, riz, thé, coton…). Mais il n’en est pas moins un pays pauvre comparé à nos standards d’occidentaux. Le salaire moyen s’élève à une centaine d’euros et les jeunes ont du mal à trouver du travail. Les enfants n’hésiteront donc pas à vous demander de l’argent, de la nourriture ou encore des vêtements. Comme il n’est pas recommandé d’encourager une telle mendicité, si vous souhaitez donner, il vaut mieux le faire auprès du directeur de l’école (par exemple) qui saura en faire profiter le plus grand nombre. Les gens se déplacent principalement à pied ou complètement entassés sur des motos (les boda boda), dans des mini-bus ou des voitures. On a même vu un chauffeur conduire assis sur une autre personne !

vache ougandaise

Y rencontre-t-on de l’insécurité ?

Je ne sais pas vous, mais nous quand on a annoncé à nos proches que nous allions en Ouganda, il y a deux questions qui revenaient systématiquement : « C’est où ? » et « Ça ne craint pas là-bas ? ». C’est sûr que le pays est juste à côté de la République Démocratique du Congo et du Sud Soudan mais il côtoie aussi le touristique Kenya après tout ! En tout cas, on vous rassure tout de suite, en trois semaines de voyage, nous ne nous sommes jamais sentis en insécurité. Même à Ishasha, à 3 mètres de la frontière avec la RDC ! Les infrastructures touristiques sont toujours très professionnelles et accueillantes. Et dans les villes, même si les gens vous regarderont parfois avec de grands yeux, ils ne viendront pas vous embêter. On y est finalement plus tranquille que dans certains quartiers de Paris !

Ishasha ougandaLa rivière Ishasha est la frontière avec la RDC.

Quelle monnaie utiliser sur place ?

Ici la monnaie nationale est le Shilling ougandais. Mais les dollars américains sont généralement aussi acceptés. Parfois même les euros.
Nous, on retirait de l’argent aux distributeurs automatiques des banques. On en voit assez régulièrement. Mais attention aux frais qui ne sont pas toujours les mêmes et aux types de cartes acceptés (Visa vs Mastercard). Par exemple, Barclays acceptait les Visa et les MasterCard mais prenait environ 7€ de frais alors que Stanbic – qui acceptait aussi les deux – ne s’octroyait que 1€.
Sinon, au quotidien, il est d’usage de donner des pourboires un peu partout (1$ au porteur de valises, 10-20$ aux guides dans les parcs, …).

Louer une voiture classique ou un 4×4 ?

Les routes sont une alternance de goudron et de terre. Mais ces dernières sont souvent très abimées. Quand il pleut, les pistes peuvent également devenir boueuses. On a vu plusieurs personnes embourbées. Et certaines régions montagneuses comme dans le sud nécessitent d’avoir une voiture suffisamment puissante pour grimper. Donc sans hésitez, nous vous conseillerions le 4×4. C’est la tranquillité d’esprit assurée.

  • route ougandaSur la route : des champs et beaucoup de poussière !

  • IshashaDes locaux qui roulaient un peu trop vite se sont embourbés juste devant nous ! Le léopard qui dormait dans l’arbre derrière eux ne les inquiétait pas plus que ça…

Voyage en autonomie ou via un tour opérateur ?

Si vous nous suivez depuis longtemps, vous savez que nous avons l’habitude d’être autonomes et d’organiser nos propres petits road-trips. En Afrique du Sud, nous n’avions eu aucun problème mais c’est vrai que ce pays, c’est un peu les États-Unis de l’Afrique. Tout y est plus facile que dans la majeure partie du continent. En Namibie aussi, tout s’était bien déroulé. En même temps, avec 3 habitants au km2, on ne peut pas dire qu’on était dérangé par les gens. On croisait de temps en temps quelques touristes mais quasiment jamais de villes. C’est bien simple, on a eu l’impression d’avoir passé 3 semaines dans le désert !

En ce qui concerne l’Ouganda, on ne se rendait pas du tout compte de ce qui nous attendait. Parce que finalement, on ne connaît pas encore grand chose de l’Afrique. Donc on a fait au plus simple et on est passé par Evaneos, un site internet de vente de voyages, qui nous a mis en contact avec une agence partenaire locale, Mapendano. On était ainsi assurés de leur fiabilité.

Queen Elizabeth

Mapendano nous a construit un itinéraire sur mesure et fournit un chauffeur-guide francophone pour tout le séjour. C’était un vrai confort. Pas de fatigue au volant, on profite des paysages. Notre guide, David, était habitué au trafic (beaucoup de piétons, motos, vélos, mini-bus…) et aux routes souvent défoncées. Il connaissait parfaitement la faune (aussi bien oiseaux que mammifères) et nous débusquait les lions cachés. En plus de ça, il parlait très bien français et nous a appris plein de choses sur son pays. Bien évidemment, le gros avantage d’avoir un guide, c’est qu’il échange les infos avec les autres guides qu’il croise dans les parcs. Plus de chance donc de voir les bêtes rares !

Au cours de notre séjour, on a croisé beaucoup d’autres personnes accompagnées d’un guide. Quelques autres avaient leur propre 4×4, avec tente sur le toit. Donc rien n’est impossible.
Je pense que tout dépend de votre habitude à voyager en Afrique, de votre facilité à parler avec les locaux. Nous on est clairement beaucoup plus à l’aise avec les animaux qu’avec les gens.  Et forcément, quand en ville, tout le monde nous regarde parce qu’on est les seuls blancs à 50 kilomètres à la ronde, c’est un peu la panique à bord !

Un point météo

L’Ouganda étant traversé par l’équateur, on est en plein climat tropical avec seulement deux saisons. Nous y étions fin novembre-début décembre. Période qui est supposée être la fin de la saison des pluies. En réalité, elle était plus ou moins finie depuis fin octobre. On a quand même eu quelques gouttes mais quand il pleut ici, ça part aussi vite que c’est venu. Une bonne averse d’une heure ou deux maximum.

Côté températures, on a eu très chaud dans le nord avec des températures avoisinants les 40°C à Ziwa et Murchison Falls. Mais dans la forêt de Kibale, on était déjà plus au frais. C’était bien plus agréable ! Par contre, on a eu carrément froid dans la montagne à Bwindi et Mgahinga.

Bain de boue à Muchison Falls National ParkUn peu de boue pour se rafraîchir !

Les essentiels à ne pas oublier dans sa valise…

une petite trousse à pharmacie avec notamment sa malarone et du spray anti-moustique contre le paludisme.

un imperméable. Ici les orages ne préviennent pas et les averses sont fortes. On l’a appris à nos dépends. Il faut toujours avoir son vêtement de pluie avec soi !
Mais aussi de la crème solaire et des lunettes de soleil. Car le soleil peut être très chaud.

si vous faites les treks aux chimpanzés, gorilles ou singes dorés : des chaussures hautes de randonnée et même dans le cas de Bwindi, un haut à manches longues pour se protéger de la végétation très dense.
Pour toute marche (dans la savane, la forêt…), il vous faudra également des chaussettes hautes pour bien rentrer votre pantalon dedans et vous protéger des vilaines fourmis rouges qui veulent vous mordre !

des lingettes et du gel désinfectant pour les mains. Les routes peuvent être très poussiéreuses. On en prend plein la tête ! Et on ne peut pas trop se laver les mains en journée.

Maintenant que vous savez tout de ce qui vous attend, venez jeter un coup d’œil à notre itinéraire plus en détails !

Ishasha {Itinéraire} 100% safari en Ouganda

Nous laisser un message :